Découverte du rallye rc

Comme la plupart des modélistes, j’ai découvert le rallye rc grâce à des vidéos tournées en Tchéquie (là où la discipline est culte) et suivi son développement en France via les réseaux sociaux. Je m’étais juré d’essayer un jour, sans apriori et sans moquerie car il faut bien avouer que courir derrière sa petite voiture peu susciter bien des interrogations de la part de ses proches – même modélistes ! 

J’ai profité d’une manche organisée dans le département voisin pour franchir le pas et m’inscrire à ma première épreuve. Quand je suis arrivé le samedi matin à Saint-Cyr le Chatoux (69) – petit village rhodanien de 140 habitants, je n’ai pas eu de mal à trouver le circuit… le parcours était tout simplement dessiné au coeur du village entre la maison du maire et le cimetière ! Quelle belle surprise, un vrai retour au source… Je prends place dans les stands installés dans une petite cour communale et fais connaissance avec les habitués de la discipline : sympas et accueillants. J’avais oublié qu’on pouvait encore se dire bonjour le matin en arrivant sur une course !

On m’explique comment installer la puce de comptage (spécifique à la discipline), je me rends au contrôle technique et récupère mes plaques de numéros. Après un briefing rapide, les voitures rentrent au parc fermé, le rallye peut commencer. 

Crédits photo : SIFAKA

En respectant l’ordre de départ, les pilotes attendent leur décompte sous l’arche de comptage. Trente secondes après le départ de la voiture qui me précède, je me lance pour ma première spéciale. Je suis tout d’abord un peu dérouté par le fait de courir avec une radio commande en main et par mon champ de vision rétrécit qui m’empêche de bien anticiper les virages… Deux petites minutes plus tard, je franchis l’arche d’arrivée (prudemment pour ne pas la faire tomber et perdre 30s) et je rentre la Mégane maxi au parc fermé. 

Je suis déjà conquis par cette discipline qui me rappelle les sensations vécues en grandeur : seul sur la piste face au chrono, le champ de vision rétrécit par la vitesse, l’impression de se trainer souvent et la satisfaction de bien passer parfois ! 

Crédits photo : SIFAKA

Les spéciales s’enchainent tout le samedi après-midi. Le passage par les stands n’étant autorisé que pour les assistances, il faut être sage avec ses réglages qu’il faudra assumer lors des 8 spéciales suivantes. Petit check de la batterie : 30% de consommé. Une batterie suffira donc pour couvrir l’ensemble du rallye !

En fin d’après-midi et pour conclure ce premier jour de course, l’organisation et les pilotes se retrouvent autour d’un apéritif sans excès…. Les 5 kilomètres de course et de marche rapide ont bien calmé les ardeurs. 

Dès 8h, le dimanche matin, je découvre un tracé légèrement différent et plus long…. Il va falloir tout donner ! Les deux dernières heures de course sont plus difficiles, la fatigue commence à se faire sentir sur le plan physique et sur le classement. Les pilotes les plus affutés gagnent quelques secondes et la super stage me permet d’achever mon premier rallye rc. Il est à peine 13h30, la remise des prix conclut un super week-end et je suis plus que satisfait de mon top 10 avec un châssis « de boîte » motorisé par un brushless de 17,5T : facile et économique. 

Crédits photo : SIFAKA

J’ai vraiment aimé le concept du rallye rc qui mêle modélisme et activité physique (comme en scale ou en vol de pente). Si vous êtes un adepte du triptyque habituel (podium – stand – buvette) pas d’inquiétude ce n’est pas non plus un marathon et le rallye rc reste accessible à tous. Il est même plaisant de voir des enfants participer avec leurs parents. Le réalisme de la discipline est très immersif et comme on est seul en piste pas de risque de « charcuterie » ni de prises de tête avec les concurrents, c’est bien appréciable !

Cette discipline est en plein essor et les 40 pilotes inscrits au Xmas Rally du mois prochain en atteste. J’ai testé le rallye rc, j’ai adoré et déjà bloqué les dates de l’an prochain. A vous d’essayer….

Quelle catégorie pour débuter facilement ? 

Pour ceux qui débutent en modélisme ou les plus jeunes, le championnat RC Rally sud propose une catégorie adaptée : le WRC2 avec un seul type de pneu et un moteur charbon d’origine. Si vous avez déjà de l’expérience, vous pouvez débuter directement en WRC. Le choix des pneus est limité (une vingtaine d’euros pour un train complet jantes + pneus) et le moteur est libre mais il y a peu de risque de surenchère puisqu’il faudra toujours être en mesure de pouvoir suivre sa voiture 😉

Crédits photo : SIFAKA

Quel châssis pour faire du Rally RC ? 

Il faut un châssis 1/10ème piste de 190 ou 200 mm avec 2 ou 4 roues motrices et effectuer quelques modifications pour augmenter la garde au sol , l’angle de braquage et protéger l’intérieur du châssis des projections de terre et d’eau. Dans les parcs fermés, on trouve beaucoup de châssis Tamiya (TT01, TT02, DF03, XV01…), MST ou Rally Legend. On trouve également des châssis touring de « compétition » qui ont été adapté à la discipline.

Pour en savoir plus

Le forum incontournable du Rally RC en France
Page Facebook de RC Rally Sud
Page Facebook du championnat Nord Franche-Comté
Page Facebook 110% RC Rally

Crédits photo : SIFAKA