Gros coup de coeur pour le parapente RC

Dans le modélisme, il y a des disciplines confidentielles qui méritent vraiment de sortir de leur anonymat. Le parapente/paramoteur RC est l’une de ces catégories « exotiques » que j’affectionne particulièrement pour plusieurs raisons : c’est accessible à tous, hyper réaliste, ludique et facile à transporter pour voler aux 4 coins du monde ou en randonnée.


Autre point intéressant, avec ce type de machine il est possible de voler longtemps – de 30 à 45 min au moteur et infiniment les jours d’ascendances ou en vol de pente. Cette discipline est dominée au niveau mondiale par la marque française Opale Paramodels, fondée par Mathieu Charles, qui propose des produits d’une qualité remarquable et qui volent à la perfection.

La base

Un débutant ou un aéromodéliste confirmé trouvera rapidement du plaisir à piloter un paramoteur RC.  Il n’y a que 2 commandes (pour tourner et monter) avec un peu d’inertie, il faut donc piloter avec anticipation. Pour prendre de l’altitude, on met du moteur (ou on prend des ascendances) et pour se diriger on fait descendre le servo de gauche ou de droite. Le paramoteur est très accessible mais pour ne pas se dégouter à deux doigts du bonheur (croyez-en mon expérience) : deux réglages sont primordiaux.

Le premier concerne les freins, les commandes qui permettent de tourner et de freiner la voile. Les explications sont très claires dans les notices de chez Opale – la voile doit gonfler quand le pilote a les bras en position haute et ne pas gonfler quand il les baisse. Le deuxième réglage concerne le lestage du pilote ou de son chassis. Le poids de la charge sous voile dépend de la vitesse du vent. Si votre machine est trop légère, elle n’avance pas et ne monte pas. Si elle est trop lourde, elle chute et vous devrez voler plein gaz – c’est fatiguant pour la batterie et les oreilles ! Le poids idéal est préconisé par le fabricant et un abaque, propre à chaque modèle de voile, est proposé dans les notices. L’utilisation d’un anénomètre est fortement conseillé – au moins quand on débute. Un pilote de parapente RC a donc toujours les poches lourdes, pleines de lests qu’il ajoute ou enlève selon les conditions. N’oubliez jamais que ces deux réglages sont primordiaux, c’est la clé d’un vol réussi.

Le matos

Il existe différentes tailles de voiles (de 130 cm d’envergure et 0.5 m2 à 5.25 m et 5.2 m2) pour voler en intérieur ou en extérieur. Votre choix sera dicté par votre envie de voler avec une machine compacte ou de grande envergure et votre budget. Dans tous les cas, le matériel tient très peu de place un fois plié ce qui facilite son transport. Quoi de plus génial que de sortir son parapente pendant une randonnée pour voler dans un paysage nouveau et magnifique !

Pour voler en indoor, Opale propose la voile Oxy 0.5 et son chassis XXS2 ou la Power 1.1. Le vol en extérieur avec la petite 0.5 est possible mais il ne doit absolument pas y avoir de vent.

Pour débuter, les gammes de voiles « Hybride » et « Oxy » conviennent parfaitement. Les voiles »Power » sont plus joueuses et permettent plus facilement l’accro. Enfin pour ceux qui cherchent la performance et la finesse, ils trouveront leur bonheur avec le modèle Fox. En ce qui concerne les pilotes et les chassis, le choix dépend de la taille de la voile (Max pour les plus petites et Tom pour les plus grandes). Il est aussi possible d’utiliser un backpack (chassis avec motorisation pour voler en mode paramoteur) avec ou sans bonhomme. Cette dernière configuration est moins réaliste mais pratique pour débuter ou pour embarquer une caméra.

L’équipement

La marque Opale Paramodèle proposent des packs (voile + pilote + chassis) mais dans la plupart des cas, vous devrez complèter cet équipement avec un ensemble radiocommande (émetteur / récepteur), des accus et un chargeur.

Radiocommande

Un émetteur programmable n’est pas nécessaire pour pratiquer cette discipline. Nous vous conseillons l’utilisation d’un mixeur externe. Cet accessoire qui coute une vingtaine d’euros fonctionne à merveille et vous facilite grandement la vie.

Batterie

Une batterie sera utilisée pour alimenter le récepteur et les servos. Elle servira aussi à alimenter la motorisation dans le cas d’un paramoteur. Dans cette discipline le gain de poids n’est pas une priorité bien au contraire. Vous pouvez donc vous faire plaisir en terme de capacité et même augmenter le nombre de batteries en fonction de la place disponible dans la selette du pilote. Pour les modèles les plus grands, il est conseillé d’utiliser une batterie pour alimenter la réception et une seconde qui sera dédiée à la motorisation.

Télémétrie

Pour savoir si ça monte ou si ça « dégueule », un vario est un accessoire très utile. Les fabricants de radiocommande propose parfois des capteurs vario/altimètre compatibles avec certains de leurs émetteurs/récepteurs. Vous pouvez également vous équiper du module made in Swiss : le Cockpit V2 de chez IISI.

Quel réalisme !

Seules quelques disciplines comme le scale (reproductions de 4×4) et le jet à turbine imitent fidèlement les modèles grandeurs – tant sur le plan esthétique que dans leurs évolutions. Le parapente RC fait aussi partie de ces displines au réalisme saisissant. Les  pilotes et leur selette, les voiles, le vol tout est bluffant.

Des inconvénients : oui mais….

Pour rester objectif, il a bien fallu trouver quelques défauts à cette discipline. Difficile quand on est fan…

• Comme en grandeur, il faudra savoir renoncer et faire demi-tour quand les conditions météo ne sont pas favorables (vent trop fort par exemple).

• Le ticket d’entrée dans le monde du paramoteur RC est d’environ 400 euros – ce n’est pas donné diront les adeptes du RC pas cher mais la qualité de ces fabrications « artisanales » justifie pleinement le tarif tout comme le vol sans reproche.

Les dernières recommandations

Le pilote ou le chassis peuvent peser lourd (2 à 3 kg en moyenne et beaucoup plus avec certaines voiles), l’impact avec une voiture, une habitation ou un piéton peut être violent et dangereux. Il faut donc être prudent et ne pas voler n’importe où !

Pour connaître la météo sur votre site de vol, vous pouvez télécharger des applications très pratiques sur votre smartphone. Méteo Radar pour la pluie et Windy pour la vitesse du vent.

Si vous êtes débutants, vous trouverez des aides précieuses sur le forum français dédié au parapente RC (lien vers le forum).

Enfin, pour vos premiers vols choisissez de bonnes conditions météo avec un vent modéré et régulier. Entraînez vous et pratiquez beaucoup pour comprendre toutes les subtilités de la machine et deviner ses réactions en fonction des éléments. Pensez à bien régler votre machine et vous allez vivre à coup sûr des moments de vol exceptionnels et devenir addict à cette discipline. Bienvenue au club…

Crédit photos : Opale Paramodels